Blog Cgt-révolue du CG59
« Le temps payé ne revient plus. La jeunesse meurt de temps perdu. » Raoul Vanegeim

Accueil > schizophrénie > Collaboration FDSP La Cgt / Conseil général du Nord pour casser les militants (...)

Collaboration FDSP La Cgt / Conseil général du Nord pour casser les militants Cgt : les pièces !

vendredi 24 octobre 2014, par Miette

Titre exécutoire formant avis des sommes à payer

C’est avec des documents aimablement fournis par la tutelle La Cgt (et uniquement ces documents, parfois tripatouillés ad hoc), que les militants de la Cgt du CG59 ont été déboutés par le Tribunal administratif de Lille de leur référé-liberté contre l’entrave (litote) à l’exercice de leurs droits syndicaux et de leurs mandats, et condamnés en sus, sur l’air de « n’y revenez pas », à rembourser les honoraires de l’avocat... du patron [1]

Bordereau des pièces

Le but : neutraliser les militants actifs et constituer des listes jaunes (bienveillantes envers la majorité « socialistes et supplétifs [2] ») aux élections professionnelles, en veillant scrupuleusement à ne pas froisser les prospects-électeurs sensibles aux sirènes racistes et anti-assistés de l’extrême-droite afin de ratisser au plus large (voix = cocus plus ou moins consentants + magot en heures de délégation syndicale à se se partager entre conjurés).

Pièce 1 (extraits)

Fourbes

Pièce 2

Comme si un scrutin électoral avait jamais pu constituer un Sésame pour les salariés ! En revanche, la clique s’applique à dégoûter et démoraliser systématiquement les militants (à rebours des cocus d’électeurs, racolés avec... des bonbons La Cgt et des cartes à jouer La Cgt !), pour les inciter à quitter le syndicat, afin d’en prendre (peut-être) enfin régulièrement le contrôle en congrès, après six à sept années de sabotage systématique et de coups bas, qui avaient conduit les deux secrétaires générales à démissionner de leurs fonctions de SG en mars dernier. Dans un syndicat qui avait pourtant doublé le nombre des ses syndiqués en quelques années, sur la base du refus de la « professionnalisation » de l’activité syndicale (sinécures de permanents) et de la délégation de pouvoir.

Pièce 3

Menteurs

Pièce 4

Aujourd’hui, c’est la débâcle. Mais pour la FDSP La Cgt et l’UD La Cgt 59, mieux vaut un cadavre de syndicat qu’un syndicat accroché au basques d’une collectivité territoriale... « dirigée » (tu parles !) par les amis politiques et qui de plus accordent et révisent chaque année les subventions de fonctionnement. Ils se déplacent ouvertement pour aller faire la bise aux RG dans les manifs. Détruisent solidairement les blogs et les archives du syndicat. Mentent à leurs collègues pour faire changer les mots de passe et les serrures. Font condamner leurs camarades traités en chiens crevés. Au su de tout le gratin militant du département, qui à l’occasion, bâfre, picole et bamboche de conserve, sans que cela fasse frissonner le moindre poil de cul de permanent cégétiste. Les « bouffeurs de galette », selon l’expression d’un illustre fondateur de la Cgt, règnent. Sans partage. Tristes temps.

Pièce 5

Traîtres

Pièce 6

Vous avez cotisé 35 ans à la Cgt ; milité sans compter ; sacrifié votre temps libre, un peu de votre famille, de votre entourage et votre « carrière professionnelle » ; vous gagnez à peine plus de mille euros par mois pour certains ; reconnus, vous êtes sans discontinuer sollicités par vos collègues (qui, aujourd’hui, font mine de ne pas comprendre la situation) ; toujours en lutte vous êtes dans le collimateur du taulier : La Cgt vous flingue [3], sollicite l’autorité territoriale pour qu’elle exerce l’interdiction pratique de votre activité syndicale, lui fournit et « arrange » les pièces pour que le bras armé (patronal) de La Cgt puisse se défendre en justice contre les cégétistes discriminés, subtilisent les assignations au TA, retiennent les pièces communiquées... ad nauseam.

Tiens ! C’est pour ta gueule ! Dis merci à La Cgt et casse-toi pauvre con !

P.-S.

Requête en référé- liberté
Requête en référé- liberté. Syndicat CGT des personnels du Département du Nord
Tribunal Administratif de LILLE Aff/ CGT/ Conseil Général
Rejet référé-liberté 19 août 2014

Documents joints

Notes

[1D’avocat, on n’en avait pas.... On a cru que l’évidence (impossibilté d’accéder au local syndical, à l’intranet et d’une manière générale, aux ressources mises à la disposition des élus du personnel et syndicalistes) pouvait suffire...

[2Qui font mine de dénoncer l’austérité à Paris mais acquiescent, au sein de leur propre collectivité territoriale, aux défauts de financement des transferts de charges par l’État, en échange de strapontins (car tous ne deviennent pas ministres comme Patrick Kanner) qui contribuent à achever de les décrédibiliser et labourer le terreau du fascisme qui vient.

[3« Flingués » : bientôt au sens propre ? On a de la tenue à la fédération des services public La Cgt.

7 Messages

  • OUAH...............c’est quoi ça ??????c’est la dictature en présence.........du grand jamais vu dans l’histoire de la CGT..........

    Répondre à ce message

    • CamaradEs,
      La réalité bureaucratique dépasse la non-fiction d’une collusion Patronat public/direction syndicale ( cette dernière comme idiot utile du premier ?). On en vient presque à leur souhaiter une défaite cuisante, car même sans représentants se bureaucratisant, une C.G.T de lutte des classes peut exister.
      Fraternellement et mon soutien.

      Répondre à ce message

      • Merci pour le soutien, Franck. Mais l’expression « idiots utiles », pour le coup, ne convient vraiment pas.

        Car nous avons ici clairement affaires à des salauds (et des salopardes) qui prennent leurs décisions en toute connaissance de cause. Ils ont eu accès à tous les documents, comme probablement jamais dans un syndicat plombé par la structure. Habituellement le syndicat « attaqué » tente de limiter les dégâts en cachant le scandale... De plus, on ne peut évidemment RIEN nous reprocher et cette certitude de n’avoir rien à cacher décuple notre rage contre les bureaucrates pourris et les opportunistes pourri(e)s.

        L’idiot utile a de bonne intentions mais il est manipulé. Nos conjurés et ceux et celles qui viennent maintenant bouffer dans la gamelle de merde (miam le beau mandat et la respectabilité...) le font par calcul opportuniste. Sans doute un très mauvais calcul. Mais si idiotie il y a, encore une fois elle n’est en rien excusable car les intentions sont dégueulasses...

        Utiliser une structure à vocation d’émancipation collective pour tenter de s’émanciper individuellement, c’est déjà un projet de salaud ou de saloparde. Mais celles et ceux qui, en plus, EN TOUTE CONNAISSANCE DE CAUSE, choisissent l’opportunisme individuel CONTRE le projet collectif sont pires que les premiers. Et justement ils et elles le savent. Certain(e)s, viennent en plus mendier une forme d’absolution. Abjects !

        À bon entendeu(se|r)... Bon succès dans vos projets carriéristes contre-révolutionnaires et petits-bourgeois ! Amusez-vous bien avec vos nouveaux amis si attentifs au sort des plus précaires « assistés », aux Rroms, etc. Après tout, si l’argent n’a pas d’odeur, un bulletin de vote (au scrutin de liste !) non plus... pas vrai ?

        Répondre à ce message

    • Le problème c’est que la Fédé et l’UD ont des discours sur la démocratie, la
      liberté, un patronat qui exploite etc etc... Baratin car derrière, tenant à leur
      place ils pactisent avec l’employeur pour ne pas perdre leurs avantages. Ils
      sont attachés au PS et au PC et font tout ce qu’ils peuvent actuellement pour
      ne pas les froisser. Ce sont des briseurs de grève et de contestations qui ne
      veulent pas l’afficher mais c’est malheureusement la réalité. Alors que nous
      sommes dans une situation catastrophique on ne voit pas beaucoup de révoltes et pour cause ils ont ordre de foutre en l’air ceux et celles qui militent, qui peuvent faire réagir, qui réfléchissent, qui pensent. L’intelligence leur fait peur. Ils aiment mieux des guignols qui jouent au gendarme et au voleur, qui donnent des bonbons pour se faire élire aux élections professionnelles comme on donne des bons points aux petits enfants car leurs écrits sont lamentables. Et les bonbons c’est tellement bons face à leurs tracts pas du tout présentables. L’avenir n’est pas rose avec ces gugusses-là !

      Répondre à ce message

  • J’ai relu la requête : nous n’avions pas demandé de dommages ou de prise en charge de nos frais à l’employeur. Nous n’avions pas d’avocat, elle était en congés et nous ne sommes pas vénaux ; l’employeur par contre, a puisé avec bonheur et sans gêne dans nos éconocroques. Ainsi que l’écrit Yo dans un commentaire à l’article "Elections, piège à cons", des ouvriers qui paient leur patron et en plus à cause de la Cgt, du jamais vu ! mais si Yo et bien pire, certains en sont morts (UL historique de Douai)

    Répondre à ce message

  • Nous sommes les parias d’une organisation qui ne veut plus de nous mais qui a bien su s’engraisser grâce à notre travail.

    Eh oui, à force de côtoyer le patronat plus que ses militants cette" CGT" adopte des méthodes de patrons voyous et sans scrupules. Pense-t-elle que le patronat partagera le gâteau, les honneurs, le prestige… en récompense de ses bons et loyaux services ?
    MDR, quand nous serons morts elle sera jetée comme aujourd’hui elle nous jette mais en plus elle aura le mépris de tous ceux qu’elle aura trahi et de ceux pour qui elle aura trahi !!

    « Mort aux vaches !! »

    Je suis fière d’être une paria car de cette CGT je n’en veux pas !

    Répondre à ce message

  • Il est tout a fait scandaleux que la Fédé utilise les cotisations des syndiqués pour se payer un avocat et demander en plus des milliers d’euros à ceux qui osent contester la mise sous tutelle sans leur permette de faire la même chose alors que la tésorerie est parfaite et les reversements toujours faits en temps et en heure. Maintenant que l’on sait ou va également l’argent loyer payé à Le Paon et rénovation de son logement de 120 mètres carré il faut mieux quitter la CGT. Le Paon et toute sa clique ne sont plus crédibles. La CGT est pourrie. J’espère que la justice verra claire dans le jeu de la Fédé et donnera raison à ceux et celles qui ont osé contester la mise sous tutelle. Mise sous tutelle à partir d’un article qui est tout à fait contestable pour permettre aux soi-disant dirigeants d’imposer leur point de vue et écarter les vrais militants. Cet article est anti démocratique au possible. C’est trop facile à partir de cet article que cette Féde se pense légitime.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © digitalnature sous Licence GPL