Blog Cgt-révolue du CG59
« Le temps payé ne revient plus. La jeunesse meurt de temps perdu. » Raoul Vanegeim

Accueil > Cgt59 > Lettre ouverte à Patrick KANNER - Président du Conseil Général du (...)

Lettre ouverte à Patrick KANNER - Président du Conseil Général du Nord

vendredi 15 août 2014, par Miette

Monsieur le Président,

En détruisant solidairement, dans la nuit du 10 au 11 juillet 2014, le blog des ASSFAM du département ainsi que la totalité des moyens de communication de la Cgt CG59 sur lesquels ils avaient la main, Heems Paul, Mas Guilhemette, Matte Philippe, Butruille Christine, La Spina Nathalie et Bachelet Joëlle, ont trahi la confiance des militants du syndicat Cgt des personnels du département du Nord.

Dans cette opération de vandalisme, le soutien, les encouragements et les directives que recueillent à l’évidence ces six individus de la part d’une commission composée de RICA, MOUCHET et DIEUDONNÉ, prétendument désignée par la FDSP La Cgt, ne constituent en rien une légitimation de cet acte que personne, par ailleurs, ne s’est aventuré à justifier malgré la publicité de nos protestations.

En commettant cette atteinte radicale à l’exercice de nos droits syndicaux, ces personnes ont épuisé en un coup unique leur potentiel de nuisance. Isolés et méprisés, ils ne sont plus rien. Seule l’autorité territoriale, de par ses pouvoirs propres, était en mesure de leur permettre de poursuivre leur entreprise de sabotage de notre syndicat.

Bien que la remise en ligne du blog des ASSFAM et la restitution des archives de travail du syndicat constituent, pour la Cgt des personnels du département du Nord, un préalable avant toute éventuelle reprise de contact avec chacun de ces individus sous la médiation de quelque entité que ce soit, nous avions spontanément proposé à l’autorité territoriale, et spécialement à Mme Rutkowski, DGRH, un modus vivendi reposant en particulier sur le partage matériel des locaux (facile à mettre en œuvre) et la création de boîtes e-mail distinctes, dans l’attente d’une assignation à jour fixe déposée par
notre syndicat contre la FDSP La Cgt. Très conciliante, notre proposition revenait à passer l’éponge sur un regrettable fait accompli par des agents du département : le changement des serrures de notre local et le blocage de notre accès à la messagerie interne.

Or la DGRH a trahi notre confiance en décidant subitement d’accéder aux prétentions d’individus mal identifiés, deux jours après nous avoir assuré d’un « soutien » et d’une « compréhension » (ainsi que ceux de la vice-présidente Mme Fabre) que nous ne sollicitions pas. Aujourd’hui, si l’accès à nos locaux, à la messagerie interne et, d’une manière générale, l’accès à l’ensemble des ressources à la disposition de toute organisation syndicale, nous sont interdits (ou conditionnés par l’acceptation de règles ridicules édictées, et concomitamment la reconnaissance de six putschistes à la direction d’un syndicat de près de six cent adhérents), c’est à l’autorité territoriale et elle seule que nous le devons !

Ces dispositions, M. le Président, engagent de fait votre autorité et votre responsabilité. Il n’aura échappé à personne qu’elles enveloppent la possibilité pour l’autorité territoriale ou vous-mêmes de négocier et choisir les candidats Cgt qui lui agréent aux prochaines élections professionnelles, du fait même d’organiser arbitrairement, au-delà même de la simple entrave, l’empêchement radical de notre activité syndicale mais aussi le libre accomplissement de nos mandats électifs actuels.

Aussi nous vous demandons solennellement, M. le Président,

  • de surseoir aux dispositions qui nous privent de nos droits syndicaux et d’élus ;
    et
  • d’accepter d’attendre, à tout le moins, le résultat de notre assignation à jour fixe avant d’accorder la légitimité à l’une ou l’autre partie.

Veuillez agréer, Monsieur le Président, nos salutations syndicales

Pour le Bureau
du Syndicat Cgt
des Personnels du Département

P.-S.

Échaudés au petit jeu « tu perds à tous les coups » de la patience et de la bonne volonté, nous avons déposé ce jeudi après-midi un référé liberté auprès du tribunal administratif de Lille.

L’avis d’audience vient de nous parvenir un peu par miracle, car il a été faxé semble-t-il jeudi soir sur un appareil situé dans nos locaux du département (qui ne nous sont plus accessibles) et sur une adresse e-mail (cgt.cgnord @ aliceadsl . fr) régulièrement vidée de ses messages par nos conjurés (vestige d’un accès à l’Internet obsolète, personne ne peut en changer le mot de passe).

L’audience se tiendra ce lundi 18 août au Tribunal administratif de Lille.

Répondre à cet article

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © digitalnature sous Licence GPL