Blog Cgt-révolue du CG59
« Le temps payé ne revient plus. La jeunesse meurt de temps perdu. » Raoul Vanegeim

Accueil > la buanderie du sycophante > "Parrainage" et manigances de clique

"Parrainage" et manigances de clique

vendredi 1er août 2014, par Miette

« L’âme de certains individus m’empêchera toujours de croire en Dieu » Léo Ferré

Qui parraine qui ? Qui assume les insinuations et les intimidations envers nos collègues afin de les disposer à perpétrer des voies de fait sur les moyens de d’exercer les droits syndicaux de la CGT au département du Nord ?

Alors que l’autorité départementale affiche une posture de neutralité prudente — en réalité d’attentisme — dans le conflit radical qui oppose actuellement la Cgt CG59 aux putschistes de l’actuelle direction de la fédération des services publics, des tiers intrus allèguent maintenant de l’autorité de La Cgt pour abuser des salariés de notre collectivité en rien mêlés à nos différends.

S’ils se gardent de laisser la moindre trace écrite, nous connaissons cependant ces troisièmes couteaux : ils n’appartiennent ni à la troïka omnipotente retranchée dans les silos de Montreuil, ni au sextette de curatelle pourtant officiellement désigné à la manoeuvre locale.

Aussi ces individus ne disposent d’aucun titre à représenter les uns ou les autres. Si nous refusons de jouer "aux plus cons" en portant plainte contre les salariés abusés qui attentent à nos droits syndicaux, afin qu’ils se retournent vers leurs intimidateurs qui à leur tour se retourneraient contre leurs "parrains" (très probable, au vu de leur pedigree de faux-jetons), on n’en commence pas moins à atteindre un degré de turpitude... dont personne ne sortira indemne à La Cgt.

Six noms figurent sur notre avis d’incapacitation. Parmi lesquels un tiers identifié de conjointes de permanents vernaculaires ; naturellement dépourvus de partialité, étant donné le point essentiel du différend...

On n’ira pas jusqu’à écrire qu’ils sont payés pour cela, mais qu’ils aient au moins le courage de prêter directement la main aux coups de force ! Au lieu de quoi ils manigancent par procuration. Se cachent (à Montreuil ? à l’UD ? en tout cas c’est jeûne intégral à la cantine depuis des semaines !), ne s’expriment jamais, et envoient au front de téméraires kamikazés, qui mettent à leur tour en danger des tiers "innocents". Bref, ça se range derrière la prétendue autorité du mé-maître, pour assouvir de viles passions en poussant moins couard que soi à commettre les forfaits : et voilà la première marche du fascisme allègrement montée...

Alors que les choses soient claires : si l’on "excuse" et protège (eh oui) les collègues abusés, il ne sera plus question de lever le petit doigt en faveur de nos persécuteurs lorsque le vent aura tourné. Nous avons été très cons (surtout très connes) jusqu’à une date récente. Pour certains d’entre-eux, nous avons consacré des soirées et des week end à débrouiller leurs affaires qu’on savait déjà... merdeuses. On peut faire crédit à cette histoire de nous avoir insensibilisé(e)s aux jérémiades. Si leurs gesticulations (tactiquement stupides) ne nous sont en pratique que des obstacles à franchir et qui nous aguerrissent, il semble que, dans les services, d’aucuns ne manqueront pas de se rappeler à leur bon souvenir lorsque la situation sera éclaircie. Nous saurons alors, comme Talbot aujourd’hui, nous retirer dans l’Olympe (ou aux Enfers).

Cette actualité (mais on verra que l’histoire bégaye) nous invite à rendre public un courrier daté du 3 juillet 2014 (par conséquent il y a un mois) adressé spécialement à M. Patrick Kanner, président du Conseil Général du Nord, et aux organisations syndicales de la collectivité (liste de destinataires plus complète en fin de verbatim).

La tentative, par un recommandé adressé le 10 juillet dernier, de mise sous tutelle de notre syndicat engagée par un présumé oukase du comité exécutif fédéral (coucou ! les cinquante neutrinos capables de traverser la terre sans tilter un capteur) voté le jour même (soit le 3 juillet 2014, et l’on aurait tort de s’étonner de la coïncidence, quand il s’agit tout simplement d’intrication quantique) ne modifie en rien notre position d’alors.

Au contraire, des développements récents, comme la coupure de notre accès à la messagerie d’entreprise, le changement des serrures du local ou la disparition des chéquiers, intervenus « dans la confusion la plus totale » (pour reprendre une formule de la troïka), nous incitent à l’exhumer. Pour l’Histoire, l’édification des camarades, et en insistant auprès des collègues tentés ou incités, par des faussaires et des provocateurs, de se livrer à des actes répréhensibles. En profitant cette fois de l’audience abusivement acquise par ce blog au sein de notre établissement et au delà.

Cette publication nous donne l’occasion de reconnaître que le verbatim publié ci-dessous ressortit à l’évidence de la catégorie des courriers "injurieux à destination de tous, y compris l’autorité territoriale et les autres syndicats" (cf. toujours la lettre de mise sous tutelle)...

Enfin, encore une note d’éclairage du contexte à l’intention des lecteurs extérieurs au CG59.

La rédaction de ce courrier avait été motivée en urgence à la suite d’incidents ayant émaillé plusieurs HIM (heures d’information mensuelle réunissant des personnels non syndiqués, syndiqués ou adhérents à d’autres organisations) sur des sites où les esprits étaient quelques peu échauffés (entre collègues). La Cgt régulière, consciente des risques encourus à laisser certains des ses adhérents partir en roue libre, avait souhaité différer de quelques jours la tenue de ces HIM afin de pouvoir y assurer conjointement la présence de camarades réputés de sang froid.

Las ! l’entité désignée sous le libellé "Fédération des services publics La Cgt" s’était empressée d’émettre des convocations, autorisations d’absence, et intimations auprès des responsables de sites (en fausse monnaie d’avant le 11 juillet, date de notification de tutelle), sous la responsabilité de l’ingénu "animateur du collectif collège de la Fédération de services publics La Cgt".

Résultat : dénonciations corporatistes (personnel d’entretien versus cuisiniers), pressions à l’encontre d’une stagiaire brigadiste afin de faire main basse sur des documents, et insultes ordurières, lors d’une HIM dans un établissement de la côte, estampillée "La Cgt" à notre corps défendant, à l’adresse d’une collègue qualifiée notamment de "pute à X..." avec dépôt de plainte à la clef. (Désolés de faire dans le sordide et le trop concret : nous aurons appris à nous départir du fair-play bourgeois, maintenant que nous nous savons aux prises avec des voyous en bande organisée.)

En reportant la tenue de ces HIM, nous ne visions rien moins que "le retour au calme, au respect et à la fraternité" (toujours en vernaculaire troïkesque). La FDSP La Cgt en avait décidé autrement, et ce fût une grande réussite pour "toutes et tous [...] oeuvrer ensemble pour une CGT forte, unie et offensive, répondant aux attentes des salarié-e-es." (ibidem).

On comprendra toutefois qu’il n’était pas question d’endosser la responsabilité de ces conneries, d’autant plus prévisibles, de part et d’autre, que nos illustres bienfaiteurs de la fédé, à commencer par saint Louis, Ponce Pilate et Hérode (la trinité Talbot), s’étaient entretenus à loisir avec les mêmes. "On s’est connus, on s’est reconnus...", comme dit la chanson.

Tant qu’on y est, ajoutons encore que, ne retrouvant pas leur patronyme dans la notification de mise sous tutelle, nous nous étions naïvement imaginés que la troïka avait fait son deuil des conjurés les plus... incontrôlables. Eh bien pas du tout ! Leurs talents n’ont pas été répudiés, mais seulement "occultés". Causa nostra. Ou comme dirait l’un d’eux, égreneur notoire de pages... roses : errare humanum est, perseverare diabolicum !

--8<--------------------------------------------------------------------

Monsieur Patrick Kanner

Président du Conseil Général du Nord
Lille, le 3 juillet 2014

Courrier avec récepissé

Monsieur le Président,

Le syndicat Cgt des personnels du département du Nord met en garde l'autorité territoriale, l'administration départementale, les personnels et ses propres syndiqué-e-s contre l'utilisation abusive sinon frauduleuse de son nom et autorité, fût-ce sous le libellé "Fédération des services publics La Cgt".

Le syndicat Cgt des personnels du département du Nord se désolidarise d'ores et déjà des agissements des personnes, syndiquées ou non au syndicat Cgt des personnels du département du Nord, qui se sont cru autorisées à revendiquer la bannière Cgt, malgré le désaveu préalable, pour commettre des actions qu'il ne saurait cautionner et qu'il
réprouve.

Nous invitons tout-e collègue ayant pu se sentir menacé-e, diffamé-e, ou simplement mis-e en difficulté, etc, de nous en avertir afin de déterminer ensemble les suites - éventuellement judiciaires - à donner à ces faits.

Enfin le syndicat Cgt des personnels du département du Nord rappelle qu'il est seul à disposer des autorisations d'absence et des décharges d'activité pour activité syndicale et invite les agents et ses syndiqué-e-s à ne pas se mettre en difficulté en utilisant des titres sans valeur émis sous le label "Fédération des services publics La Cgt".

Pour la commission exécutive
Le secrétariat général

Copie :
Xxxxxxxxx Xxxxxxx – Animateur du collectif collège de la “Fédération
de services publics La Cgt”
Marie Fabre – Vice-Présidente aux Ressources Humaines
Xxxxxxxxx Xxxxxxx – Responsable du service “Vie syndicale”
Organisations syndicales de la collectivité
--8<--------------------------------------------------------------------

Répondre à cet article

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © digitalnature sous Licence GPL